« Kafka ne tirait ni joie ni peine de rien ni personne. Simplement, il se sentait mal à l’aise depuis ce matin de 1883 où, alors que tout allait bien pour lui, il est né ».

Dans son Dictionnaire Superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis, Desproges résume admirablement le personnage.

À lire et relire sans modération « La Métamorphose » ou encore « Le Procès »… Privilégier les traductions d’Alexandre Vialatte, autre phénomène époustouflant.

Projet de court métrage inspiré par ce chantre de l’absurde. 2022 – 2023

Publié le 21 Nov, 2020